La kinésiologie en santé mentale : bien plus qu’une séance de cardio et de musculation !

Articles | 28 août 2020
Option Ergonomie | Blogue
Lors d’un suivi en santé mentale, l’ergothérapeute peut travailler de pair avec plusieurs professionnels de la santé. Dans notre dernier article publié sur le blog (LA PSYCHOLOGIE ET L’ERGOTHÉRAPIE EN SANTÉ MENTALE : COMMENT LES TRAITEMENTS DIFFÈRENT ET SE COMPLÈTENT ?), nous avons parlé des distinctions entre l’ergothérapeute et le psychologue lors d’une intervention en santé mentale. Démystifions maintenant le rôle de la kinésiologie comme branche importante de l’intervention en santé mentale.

Pour bien comprendre, reprenons l’histoire de Caroline décrite :

Suite au décès de son frère de qui elle était très proche, Caroline pleure souvent, se fâche facilement et n’arrive plus à se concentrer au travail. La fin de semaine, elle n’a aucune énergie et reste en pyjama, dans son lit ou sur le canapé, des journées entières. Son médecin diagnostique alors une dépression majeure avec anxiété, recommande un arrêt de travail et une prise en charge d’abord en psychologie et en ergothérapie. Puis, après quelques semaines de traitement, Caroline se sent moins triste et reprend graduellement certaines activités significatives pour elle. Par contre, elle se dit encore très fatiguée et anxieuse. Par ailleurs, elle mange principalement des collations à travers la journée et nécessite beaucoup de temps pour s’endormir le soir. Le médecin, l’ergothérapeute et la psychologue de Caroline s’entendent alors pour recommander des séances en kinésiologie.

C’est quoi, un(e) kinésiologue?

Le kinésiologue est un « spécialiste de l’activité physique, qui utilise le mouvement à des fins de prévention, de traitement et de performance » (Je suis kinésiologue, s.d.).

Plus concrètement, le kinésiologue agit sur les piliers de l’énergie, soit l’activité physique en avant plan, mais aussi l’alimentation et le sommeil. En améliorant ces trois habitudes de vie, les personnes qui suivent une intervention en kinésiologie voient d’abord un impact important sur leur niveau d’énergie. Mais ce n’est pas tout. L’activité physique amène des changements au niveau de l’humeur, une diminution de l’anxiété, un sommeil plus réparateur et un plus grand pouvoir d’agir. En fait, en accomplissement des objectifs liés à l’activité physique et à l’alimentation, la personne devient de plus en plus en contrôle de sa santé, ce qui a de grandes retombées sur son estime de soi et son humeur positive. En plus, les changements physiologiques amenés par l’activité physique, l’alimentation saine et le sommeil réparateur contribuent aussi au bien-être physique et psychologique.

Dans le cas de Caroline, un suivi conjoint en kinésiologie peut l’aider à adopter de saines habitudes de vie, tant au niveau de l’engagement dans une activité physique plaisante que pour introduire de meilleures habitudes alimentaires, par exemple.

Aussi, nous avons tendance à penser que le (la) kinésiologue travaille principalement dans un centre de conditionnement physique. Mais la kinésiologie, plus particulièrement lors d’intervention dans un volet de santé mentale, va bien au-delà des exercices cardiovasculaires et de musculation. L’important est de bouger et d’avoir du plaisir à le faire. Alors, la (le) kinésiologue va accompagner la personne à réaliser des activités physiques qu’elle apprécie, que ce soit le vélo, la marche, le badminton, le yoga ou la natation !

En plus de l’activité physique, le kinésiologue donne des conseils pratiques pour aider la personne à reprendre également du contrôle sur son alimentation et sur l’hygiène de sommeil. En bref, le (la) kinésiologue considère que les habitudes de vie sont des fondements de la bonne santé, et ses interventions vont dans ce sens !

Vous aurez sans doute remarqué que le travail d’équipe interdisciplinaire peut engendrer des « zones grises », c’est-à-dire que certaines interventions peuvent être associées à plusieurs professionnels. Par exemple, le kinésiologue et l’ergothérapeute peuvent guider la personne à adopter une bonne routine de sommeil. Il est donc très important que les professionnels communiquent bien ensemble pour que les traitements soient complémentaires et cohérents, plutôt que redondants et contradictoires ! C’est uniquement de cette façon que le médecin, l’ergothérapeute, le kinésiologue, la psychologue pourront travailler efficacement avec Caroline pour l’aider à reprendre le plein contrôle de sa santé mentale et de son bien-être au quotidien.

À lire : 

L’ERGOTHÉRAPEUTE AU SERVICE DE LA SANTÉ MENTALE : COMMENT POUVONS-NOUS VOUS AIDER ?

LA PSYCHOLOGIE ET L’ERGOTHÉRAPIE EN SANTÉ MENTALE : COMMENT LES TRAITEMENTS DIFFÈRENT ET SE COMPLÈTENT ?

À consulter : Fédération des kinésiologues du Québec
Partager sur :